Apparue en 2001 sur la chaîne HBO aux Etats-Unis, cette série mortelle a reçu dès sa diffusion, la distinction hautement méritée du Golden Globe Award de la "meilleure série TV dramatique". Six Feet Under n'est pas une série comme les autres. Elle est sans doute la première à avoir familiarisé le téléspectateur avec l'idée de la mort sans jamais tomber dans le voyeurisme. En outre, elle aborde sous un autre angle des professions telles que la thanatopraxie, un métier encore assez tabou il y a une dizaine d'années mais qui depuis connait un essor considérable.

La famille Fisher, une famille - pas tout à fait - comme les autres

L'histoire se déroule de nos jours à Los Angeles. Nathaniel Fisher dirige l'entreprise familiale de pompes funèbres en compagnie de son fils cadet, David. Nathaniel décède dans un accident de voiture le jour du retour de Nate, le fils aîné, revenu de Seattle pour fêter Noël en famille. Nate va donc abandonner l'idée de retourner à Seattle et se lancer dans l'aventure familiale en travaillant aux côtés de son frère. La trame va se dérouler autour de ces personnages, mais aussi de Ruth, l'épouse désormais veuve de Nathaniel et complètement  chamboulée par les évènements (celle-ci trompait son mari avec un coiffeur). Claire, la benjamine de la fratrie, adolescente en pleine crise à la recherche d'elle même. Keith Charles, le petit ami de David qui lui n'assume pas du tout son homosexualité, de Brenda Chenowith, une jeune femme que Nate rencontre dans son avion le jour de son retour de Seattle et de Frédérico Diaz, le thanatopracteur employé de la maison Fisher&Sons.

D'autres personnages viendront se greffer tout au long des saisons, certains réapparaîtront de façon régulière, d'autres occuperont le devant de la scène durant quelques épisodes puis disparaîtront pour toujours.

Chaque épisode débute par une scène de décès qui va déterminer le futur "client" de la maison Fisher : une personne pour la plupart du temps sans aucune relation avec les protagonistes.

Alan Ball, un réalisateur à part, pour notre plus grand plaisir

Le créateur et producteur de la série n'est autre que Alan Ball, scénariste d'"American beauty", l'extraordinaire film de Sam Mendes sorti en 1999 et récompensé 5 fois aux oscars, dont celui du meilleur film, meilleur acteur et meilleur scénario original. L'ambiance lourde d'humour noir et de sujets qui dérangent ne se fait donc pas attendre et l'on voit au fur et à mesure apparaître des thèmes très variés comme l'homosexualité, l'homoparentalité, l'adoption, le mariage et le divorce, la schizophrénie, la crise d'adolescence, la drogue, la mort subite du nourrisson, l'éducation des enfants, la sexualité après 60 ans, l'adultère, la fidélité ...

Ames sensibles s'abstenir, certaines scènes peuvent apparaître déroutantes, plus sur le plan psychologique que sur le plan visuel. Rien n'est jamais ouvertement montré, tout est suggéré. Cela mène instinctivement le téléspectateur a ouvrir une réflexion sur lui même :"et si c'était moi?"

Un casting de qualité

  • Nathaniel Fisher : Richard Jenkis
  • Ruth Fisher : Frances Conroy
  • Nate Fisher : Peter Krause
  • David Fisher : Michael C.Hall
  • Claire Fisher : Lauren Ambrose
  • Brenda Chenowith : Rachel Griffiths
  • Keith Charles : Matthew St Patrick
  • Frédérico Diaz : Freddy Rodriguez

On remarquera l'apparition récurrente de Kathy Bates (Misery, Les beignets de tomates vertes, Titanic ou plus récemment Les noces rebelles) en la personne de Bettina, une amie de Ruth un peu farfelue qui va lui redonner le goût de la vie.

Enfin on ne peut que s'attarder sur la bande originale et la qualité du travail effectué sur le générique. Chaque détail est étudié au millimètre près pour que le téléspectateur soit imbibé de l'essence même de la série, c'est presque comme si les vapeurs de formol transperçaient l'écran. Le générique est signé Thomas Newman, et les épisodes nous permettent de découvrir ou redécouvrir de vrais trésors, tel "Breathe me" de Sia, ou encore le "Feeling good" de Nina Simone.

Le jeu d'acteur : entre justesse et perfection

Les personnages sont tour à tour attachants ou détestables, le téléspectateur réussit à se fondre au sein de la famille en ayant presque l'impression d'en faire partie. On choisit très vite son camp. Il y a les pro-Nate, les anti-Lisa (personnage secondaire très agaçant !), les caractères semblent si réalistes que l'acteur lui même a vite fait de devenir antipathique aux yeux de son public.

A noter que Michael C. Hall (David Fisher) est aussi spectaculaire dans le rôle de Dexter, le serial-killer qu'on adore (série du même nom), on peut retrouver quelques apparitions de Freddy Rodriguez (Frédérico Diaz) dans Ugly Betty, et Rachel Griffith (Brenda Chenowith) est très connue pour sa prestation dans le célèbre film "Muriel".

Cinq saisons auront raison de cette série. Le dernier épisode vaut à lui seul le détour, mais prenez le temps de regarder les précédents, il ne sera pas très compliqué de devenir rapidement "addicted" à la famille Fisher. La mort est un plat qui se déguste confortablement installé dans un cercueil capitonné.

L'intégralité des épisodes est disponible en DVD.

 

 


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

Une série juste géniale, merci !