La promession, des funérailles écologiques

 

C’est un procédé imaginé par un scientifique suédois en 1999. Elle doit son nom à « la promesse de faire revenir à la terre celui qui a émergé de la terre».  Outre la Suède, elle a, pour l'instant, des adeptes en Allemagne et au Royaume-Uni...mais pour l'instant interdite en France.

Il consiste à transformer le corps en poussière en le plongeant dans de l’azote liquide. Avec ce procédé, les corps ne sont ni enfouis dans le sol (inhumation) ni brûlés (incinération ou crémation) mais plongés dans de l'azote liquide.

Le corps refroidi à -196 °C, devenu friable, est placé sur une table vibrante pour provoquer sa destruction en particules fines.

Un aimant puissant recueille les résidus métalliques des éventuelles broches et autres opérations chirurgicales qui peuvent être ainsi recyclés. La poudre obtenue est biodégradable et peut être enterrée dans une urne biodégradable dont la décomposition totale n'excède pas 12 mois.

L'endroit où est enfouie cette urne, la famille du «promessié» est invitée à planter un arbre... Enfin, et vous saurez tout, le prix de cette opération est comparable à celui d'une crémation.

Si la promession est appelée à connaître le succès dans les années à venir, c'est surtout parce que cette technique suédoise n'émet pas de CO². Aucune vapeur de mercure ne vient polluer l'atmosphère! Et tous les «restes» qui présentent un danger ont droit à un recyclage en bonne et due forme.

C'est ce qu'on appelle le progrès !