Le choix des fleurs de deuil peut être différent en fonction de la cérémonie religieuse ou civile. En effet, la tradition des fleurs de deuil n’est pas présente dans tous les rites.

 

Cérémonies civiles : Oui aux fleurs de deuil

 

Lors d’obsèques civiles la famille est totalement libre de personnaliser la cérémonie comme elle le souhaite ou en fonction des dernières volontés du défunt, avec ou sans fleurs. Au cimetière, avant la fermeture de la sépulture, chacun s’incline devant le cercueil et peut y jeter une fleur ou des pétales de fleurs qui accompagneront le défunt dans son dernier repos. C’est un petit geste consolateur dans un moment où le défunt est célébré une dernière fois. C’est généralement la famille qui prévoit un panier de fleurs ou de pétales à cet effet, mais rien n’empêche un ami proche de la remplacer

Actuellement, en France, 20% des décès font l’objet d’obsèques civiles uniquement. Les fleurs sont dans ce cas, plus que jamais symbole de l’hommage rendu au défunt et du soutien manifesté à ses proches. Livrées selon les cas au cimetière ou au crématorium, les fleurs adoucissent un peu ces moments difficiles qu’aucun rituel spécifique ne vient encadrer.

 

Funérailles catholiques : Oui aux fleurs de deuil

 

Les fleurs de deuil sont tradionnellement très présentes lors de funérailles catholiques. Sous la forme de croix, de cœurs ou de couronnes, elles permettent de rappeler aux personnes présentes le sens de la vie. Elles sont généralement livrées directement à l’église.

 

Funérailles boudhistes : Oui aux fleurs de deuil

 

Les bouddhistes privilégient les fleurs de deuil de couleur blanche sous forme de couronnes, gerbes ou raquettes.

 

Cérémonies orthodoxes : Oui aux fleurs de deuil

 

Le cercueil restant ouvert dans les pays orthodoxes, les familles peuvent y déposer des fleurs comme des roses rouges. Les fleurs sont très présentes ainsi que cierges et bougies. Elles sont là pour accompagner l’âme dans l’au-delà.

 

Cérémonies protestantes : Oui aux fleurs de deuil

 

Les funérailles protestantes sont marquées par une grande simplicité. Les fleurs peuvent être présentes, et le sont généralement, mais il est préférable d’offrir des compositions sobres. Certaines familles précisent de ne pas offrir de fleurs, mais de faire plutôt un don à une œuvre. Dans ce cas, on se conforme naturellement au souhait exprimé.

 

Rituel juif : Pas de fleur de deuil

 

La cérémonie juive fait généralement preuve de simplicité et de sobriété, il n’y a généralement pas ou très peu de fleurs de deuil. Les bougies sont davantage privilégiées et au cimetière, les membres de l’assistance dépose un petit caillou sur le cercueil ou sur la tombe.

 

Cérémonie musulmane : Pas de fleur de deuil

 

Dans le rite musulman, la tradition veut que l’on n’offre pas de fleurs à la famille endeuillée. On porte plus d’importance aux prières. Au moment de la mise en terre, chacun prend trois poignées de sable et les verse sur le cercueil.