Je me présente, Lynne Pion. Je suis d'abord et avant tout la maman d'une belle jeune femme de 27 ans, Celia. J'habite à la campagne en Beauce au Québec. J'adore être entourée d'enfants et partager avec eux sur différents thèmes, en particulier la vie, l'amitié, la mort, le deuil et la continuité de la vie, la résilience.

 

Depuis plus de vingt-cinq ans, je m'interroge sur les tabous entourant la mort. Les adultes chuchotent à peine son nom sur le bout des lèvres par crainte de la rencontrer plus rapidement dans leur vie, je ne sais trop. Oh! ils l'utilisent dans plusieurs expressions, telles que « mort de faim », « mort de fatigue », « mort de peur », etc. Quant aux enfants, ils en parlent, jouent à être morts, questionnent les adultes en se faisant souvent répondre « qu'on en parlera plus tard ». Encore de l'évitement ou de la procrastination...zut!

 

Les enfants ont un imaginaire qu'ils exploitent à toutes les sauces, même concernant la mort. Si elle ne leur est pas expliquée, ils peuvent s'inventer des scénarios incroyables à son sujet. Avez-vous déjà demandé à un enfant ce que représente la mort dans sa tête? Vous aurez de belles surprises selon son âge et la compréhension qu'il s'en est faite.

 

En 1989, mes parents sont décédés dans un accident d'automobile, alors que ma fille avait presque cinq ans. Un mois auparavant, elle m'avait questionnée : « Maman, comment on meurt? ».

Du haut de mes vingt-six ans et avec l'expérience d'endeuillée à de multiples reprises, je lui ai répondu qu'il y avait plusieurs façons de mourir : maladie, noyade, incendie, accidents de toutes sortes, etc. Lorsque j'ai eu à lui annoncer que ses grands-parents venaient de mourir, la tâche fut plus facile, car je savais qu'elle avait appris qu'on ne meurt pas seulement lorsque l'âge a fait son temps sur notre corps. Elle savait aussi que l'on peut mourir à tout âge.

 

Suite à cette expérience, j'ai décidé de lui écrire un livre. Mais le manuscrit demeura ainsi pendant vingt ans. Je l'ai partagé à maintes reprises avec des amis, des connaissances qui en retiraient un réconfort.

Et voilà qu'au printemps 2011, la vie mit sur ma route différentes personnes qui m'encouragèrent à le publier. En novembre 2011 est né "Est-ce que tout le monde meurt?".

Avec à peine six mois de vie, cet ouvrage est déjà recommandé par des organismes et des professionnels travaillant avec de jeunes endeuillés au Québec. Les témoignages me confirment qu'il peut être lu avant qu'un deuil arrive et d'autres qu'il aide à cheminer dans le deuil en laissant un message d'espoir en la vie qui continue.

Quel que soit l'âge de votre coeur, de votre enfant intérieur ou des enfants qui vous côtoient, vous apprécierez certainement ce livre.

 

J'apprécie énormément vos témoignages et/ou commentaires.