Ecrit le 18/11/2011

La perte d’un être cher est un bouleversement qui semble insurmontable.

Personne n’y est préparé : la réalité est tellement dramatique, tellement insupportable, qu’on a le sentiment que plus rien ne sera possible.

Lorsque la mort est inattendue et soudaine, il faut non seulement supporter la douleur de la perte, la culpabilité de n’avoir pas avoir tout fait pour l’empêcher mais aussi le regret de ne pas avoir dit au-revoir au défunt.

 

S’exprimer pour évacuer la douleur

Comment supporter cette injustice de la vie ? Nous savons que la mort nous attend mais jamais nous ne pouvons nous attendre à un accident de la route ou à la  mort subite d’un proche. Pourquoi est-ce arrivé ? Comment cela aurait pu être évité ? Comment trouver un sens à tout ça ?

En parler permet d’évacuer sa douleur petit à petit, même si le chemin est long et difficile. Il ne faut surtout pas fuir ses émotions et les garder pour soi. Que l’on ressente de la colère, de la culpabilité, de la peur ou de la tristesse, il est très important de l’extérioriser.

En fonction de sa personnalité et du temps qui fera évoluer ses émotions, chacun pourra trouver sa propre façon de s’exprimer. Certains auront besoin d’être seuls et de hurler leur douleur, d’autres trouveront des oreilles attentives pour écouter leur détresse, certains s’exprimeront à travers l’écriture, d’autres encore s’adresseront à Dieu… Il existe tant de manières d’extérioriser la douleur, il s’agit de trouver la sienne…

 

Faire vivre le souvenir

Faire son deuil c’est apprendre à vivre sans l’autre mais sans l’oublier. Car le travail de deuil ne consiste pas à oublier l’être aimé mais à établir un lien particulier avec lui tout en continuant à vivre. Quel était le lien entre la personne défunte et soi ? Comment perpétuer ce lien ?

Il est important de se souvenir de la personne, de son évolution et de la relation qu’on avait avec elle, bonne ou mauvaise. Peut-être cette relation n’a pas toujours été idéale, peut-être le défunt avait des défauts qui exaspéraient…

Il ne faut pas rejeter ces côtés négatifs car sans eux la personne défunte n’aurait pas été ce qu’elle était. Il s’agit de ne pas seulement se souvenir du positif mais de la personne entière, ses bons et ses mauvais côtés, afin de continuer à l’aimer telle qu’elle était.

 

Un rituel pour un contact intime avec le défunt

Elaborer un rituel afin de rendre possible un contact intime avec la personne défunte va être l’occasion de lui dire au-revoir et d’amorcer ce travail de deuil. Alors que ce décès a été trop soudain pour dire tout ce qu’on avait à dire, le rituel va rendre possible la communication et l’évacuation du trop plein d’angoisse.

Le rituel est un ensemble de comportements, de gestes, d’attitudes, de moments se faisant dans un cadre spirituel, familial, religieux ou culturel. Il va apporter à celui qui l’accomplit un apaisement car il rend possible une proximité avec le défunt ; il permet également d’aller de l’avant et de passer à une autre étape de sa vie.

 

En tant que thérapeute, je conseille à certains de mes patients, qui vivent un deuil douloureux, un rituel que j’appelle « le rituel de la boîte ». Il s’agit de réunir dans une boîte choisie ou confectionnée avec soin, petits objets, photos, documents officiels, lettres ou autres petites choses qui rappellent la vie ou la mort du défunt.

Cette boîte se construit petit à petit et évolue au fil de ses émotions. Elle permet la réunion de souvenirs agréables et le sentiment douloureux du moment, et ainsi de mieux vivre son deuil. Avec le temps, cette boîte devient un moyen de nourrir ce lien si cher et de s’offrir un endroit à soi pour penser à la personne défunte et se recueillir. 

Surmonter cette douloureuse épreuve demande beaucoup d’efforts et cela est indispensable pour continuer à vivre. Chacun possède en soi suffisamment de ressources pour s’en sortir : il s’agit de se laisser le temps de revenir progressivement à la vie.

Un professionnel de l’écoute peut vous aider dans ce long chemin qu’est la traversée du deuil : n’hésitez pas à demander de l’aide pour que cet événement dramatique ne soit pas insurmontable.
 


Ajouter un commentaire

Identifiez-vous ou devenez membre

Derniers commentaires

il faudrait penser à la mort chaque jour de sa vie, comme çà, pour se familiariser avec cette notion que le vivant est défini par la mort: "pas de vie, pas de mort", et s'y attendre à tout moment, donc la préparer, tant pour soi que pour se préparer à la perte des autres, toujours possible
cela permet de rendre la vie plus belle, de profiter de chaque instant comme si c'était le dernier, profiter du moindre sourire, du moindre chant d'oiseau, de la beauté d'une fleur...